Toujours désireux d’identifier  des pratiques d’accompagnement vers l’emploi réussies,  ANOVA révélateur de compétences est allé à la rencontre de jeunes issus de quartiers dits sensibles de Marseille et de la personne qui les a accompagnée, Thierry Mourre, Marin Pompier, responsable du service “proximité, citoyenneté et prévention des violences urbaines”.

Des interviews auprès de 4 jeunes, Mustapha, Halifa, Chamssidine, Hamza, nous ont permis de recueillir les effets produits par les dispositifs (les cadets, contrat d’avenir, service civique, formation marin pompier)  mis en place pour favoriser leur insertion sociale et professionnelle.

  • Un d’entre eux a bâti son projet professionnel de Marin Pompier suite à une présentation métier au sein de son collège, lorsqu’il avait 14 ans. Aujourd’hui il a intégré le cursus de formation marin pompier et se trouve au grade de matelot. Son projet à long terme est de transmettre son savoir-faire en étant formateur.
  • Un autre a été accompagné, dans le cadre d’un contrat d’avenir, vers un métier dans le tri postal. A présent il y travaille en CDI ; Son projet à moyen terme est de rejoindre le service des transports de la poste
  • Le plus jeune, est à présent vigile et s’adonne au sport et participe à des championnats
  • Enfin, la quatrième personne rencontrée, prépare son examen de moniteur éducateur. Son projet à moyen terme est de devenir éducateur spécialisé.

 

Leurs témoignages renvoient les éléments suivants :

A la question « qu’est-ce qui a fait  que vous avez pris une nouvelle direction ? »

  • Valorisation « l’impression d’être quelqu’un, d’être respecté. On nous a fait confiance »
  • Ecoute « disponibilité et mise en confiance après des échecs. Booster »
  • Cadre « respect des règles pour pouvoir poursuivre l’expérience »
  • Intégration d’une équipe, en apprenant la tolérance « aider ceux qui sont en difficulté dans l’équipe et ne pas rire quand quelqu’un n’arrive pas à faire »
  • Une relation authentique « la personne qui nous suit ne nous ment pas, c’est une relation donnant/donnant »
  • Adaptation des codes de communication à l’environnement « j’ai parlé différemment parce qu’il fallait que je donne l’exemple

Les 4 jeunes rencontrés ont déclaré qu’ils ont envisagé la suite de leur parcours différemment après cette nouvelle expérience. Ils n’ont pas souhaité reproduire ce qu’ils voyaient autour d’eux bien que certains disent que leurs collègues (camarades de quartier) pouvaient leur témoigner un désaccord par rapport à leurs choix.

A la question « si vous donnez deux mots pour dire ce que vous pensez de cette expérience » ils ont répondu

« Constructive, intéressante, remotivation, déclic, soulagement, magique (le jeune qui a utilisé ce mot a  reçu le prix  du civisme au Sénat) , sens des responsabilités,  sécurité »

Notre conclusion

Les effets positifs produits par cet accompagnement rejoint les propos de l’ouvrage « mobilisation vers l’action. Favoriser l’action des jeunes en recherche d’emploi » mais cette fois, grandeur nature : mise en expérience pour modifier ses représentations, valorisation, unicité de la personne considérée dans ses réalités, relation authentique…

Si cette  démarche n’est pas une réponse unique à la problématique d’insertion des jeunes éloignés de l’emploi,  il est à noter qu’elle fonctionne ;  les deux axes centraux de ce résultat sont,  par une mise en expérience nouvelle,   l’éveil d’une cohérence chez le jeune, entre sa pensée (je peux faire autrement, j’ai de la valeur…), l’émotion (soulagement, sécurité, envi d’agir…),  et le comportement  (responsabilité, tolérance, autonomie…). Ces éléments vont  de pair avec la croyance     par la personne qui accompagne, en la réussite du jeune.